Communiqué consacé au massacre chimique de la Ghouta à l’est de Damas

54

Le parti démocratique du peuple syrien

La section d’exil

Communiqué consacé au massacre chimique de la Ghouta à l’est de Damas

Depuis quatre ans que le massacre chimique a eu lieu, le régime criminel de Bachar Al-Assad demeure libre sans aucun jugement. Il commet toujours des crimes contre le peuple syrien, et ce avec ses alliés russe et iranien. Ils détruisent tous les éléments et les aspects de la vie en utilisant les différentes armes interdites par la communauté internationale. Parmi ses armes se trouvent les armes chimiques, le phosphore ou encore des armes à sous-munitions. Ils transforment les villes syriennes en ruines et les corps des Syriens en morceaux.

 

Les rapports de la mission d’enquête envoyée par les Nations unies (ONU) ont confirmé que le gaz sarin avait été utilisé contre des régions contrôlées par l’opposition, à l’est de Damas le mercredi 21/08/2013. Le nombre des victimes de ces bombardements s’élève à 1 600 personnes dont pléthore de femmes et d’enfants.

 

L’utilisation d’armes chimiques a étéconstaté à plusieurs reprises après celui de la Ghouta ; l’exemple le plus récent étant était la ville de Khan Shikhoun dans la campagne d’Idlib en avril 2017. La communauté internationale ne respecte toujours pas ses responsabilités en arrêtant et en jugeant les criminels tout en protégeant le peuple syrien.

 

Nous, parti démocratique du peuple syrien, demandons à tous les peuples libres du monde de soutenir et relayer les revendications légales du peuple syrien – à sa voir la liberté, la justice et la dignité – ainsi que de mettre fin à la dicta

ure et la tyrannie du régime en place.

 

Cette bataille n’est pas que celle des Syriens, c’est le bataille de tous les individus libres et les résistants du monde. C’est leur devoir de protéger et partager ces valeurs, creuset de la Charte des Nations unies et de la communauté internationale.

 

Les noms et les images des martyrs de ce massacre vont rester dans notre mémoire. Nous n’allons pas arrêter de demander la justice pour eux et le jugement pour les criminels.

 

La compassion et l’immortalité pour les martyrs de la révolution syrienne

La guérison pour les blessés

La rentrée pour tous les exilés

Vive la Syrie libre

 

Le 21 août 2017

مشاركة